Surveillance du Net : le dispositif de contrôle «n’est pas satisfaisant»

Par

Lors d'une audition à l'Assemblée nationale, le nouveau président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité Jean-Marie Delarue estime que « l’équilibre qui était celui des années 90 est rompu » par l'arrivée d'Internet. « Le risque est grand de voir se développer de nouvelles approches plus ou moins intrusives sans dispositions législatives et donc sans les garanties qui entourent les interceptions de sécurité », prévient-il.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moins de six mois après sa nomination, le nouveau président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) Jean-Marie Delarue a dressé, jeudi 13 novembre, un état des lieux particulièrement inquiétant du dispositif de contrôle des écoutes dites « administratives ».