Le onzième «oubli» du haut-commissaire

Par et

Dans sa seconde déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Jean-Paul Delevoye avait reconnu avoir exercé 13 fonctions dans des organismes extérieurs, contre 3 initialement, rectifiant ainsi 10 « oublis ». Il avait pourtant omis de déclarer un 14e poste, celui de membre du conseil consultatif de la Fondation Brazzaville, présidée par une figure de la Françafrique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Englué dans ses « oublis » à répétition, Jean-Paul Delevoye a donc finalement rendu les armes et démissionné de son poste ministériel, car sa position était devenue indéfendable et il constituait une menace pour le gouvernement tout entier. Sa position était même devenue encore plus indéfendable qu’on ne le pense parce qu’il n’avait pas encore tout dit de ses activités passées.