La Camif à Niort, juste la fin d'un monde

Par

La Camif a sombré en octobre. Niort, capitale française des mutuelles et des coopératives, ne s'en remet pas. Chaque matin, les anciens de l'entreprise de vente par correspondance défilent devant des conseillers emploi qui tentent de leur retrouver quelque chose.

Après Peugeot à Sochaux, vendredi, suite de notre plongée au cœur de la crise sociale, en partenariat avec France Info.

Retrouvez aussi notre carte et vos nouveaux témoignages déposés sur notre répondeur au 09 51 33 46 90 (prix d'un appel local) ou envoyés par mail sur crisesociale@mediapart.fr.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils arrivent avec un dossier sous le bras, comme pour un entretien d'embauche. Sonia Bichon, jolie trentenaire, arbore carrément une mini-malette plastique bariolée qu'on dirait empruntée à une fillette du cours préparatoire. C'est un matin de semaine, à la mi-janvier, dans une avenue passante de Niort. Les virés de la Camif défilent, un par quart d'heure.