Cécile Duflot: «En l'état, Hollande ne peut pas être le candidat de la gauche»

Par

Dans un entretien, l'ancienne ministre revient sur le contexte politique actuel, « ce moment où une raison prétendument supérieure écrase toute réflexion collective et personnelle » et s'interroge sur le « refus obstiné et absolu de consentir à un virage politique » du président et de son premier ministre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Réminiscence du passé, incertitudes sur le présent, confiance en l'avenir. Cécile Duflot a accepté de livrer ses réflexions et ses états d'âme sur le moment politique actuel, à l'aube d'un débat sous haute tension politique à gauche, à propos de la réforme constitutionnelle. Estimant être dans un « moment où la gauche perd pied, boit la tasse et se noie collectivement », comme elle en a déjà connu dans l'histoire du XXe siècle, l'ancienne ministre écologiste du logement ne comprend plus l'orientation du pouvoir de Manuel Valls et François Hollande, et « ce refus obstiné et absolu de consentir à un virage politique ».