Trop pauvres pour se chauffer

Par
C'est une manifestation de la pauvreté que les pouvoirs publics commencent tout juste à prendre en compte. La «précarité énergétique» touche 3,4 millions de ménages, qui consacrent plus de 10% de leurs revenus à se chauffer. Généralement propriétaires, habitant souvent en zone rurale, ils sont victimes du froid et de ses conséquences. Reportage dans le grand Biterrois, une des zones les plus touchées par le chômage en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Combien de personnes ne se chauffent pas autant qu'elles le souhaiteraient en France? Combien rognent sur la nourriture pour avoir chaud, ou inversement? Combien en tombent malades? Ces questions restent aujourd'hui sans réponses. Les pouvoirs publics commencent tout juste à s'intéresser au problème, après la remise d'un rapport sur la «précarité énergétique» rédigé en décembre 2009 par la Fondation Abbé Pierre et l'Anah (Agence nationale de l'habitat).