Le conseiller montagne de Wauquiez rattrapé par ses multiples casquettes

Par

Gilles Chabert, incontournable patron du ski français, et conseiller spécial de Laurent Wauquiez (LR) à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est soupçonné de prise illégale d’intérêts dans le cadre de ses fonctions électives. Chabert a notamment accordé d’importants financements, dans le cadre du plan Montagne de la région, à des stations qu’il administre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce pourrait être la première sortie de piste d’un vieux briscard du ski français. À 64 ans, dont vingt-trois à défendre les intérêts des moniteurs des Écoles du ski français (ESF), le puissant lobbyiste Gilles Chabert, également conseiller spécial « montagne » de Laurent Wauquiez à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est soupçonné de prise illégale d’intérêt dans le cadre de ses fonctions électives. En vertu de l’article 40 du code de procédure pénale, imposant à tout fonctionnaire et autorité constituée ayant connaissance d’un délit d’en aviser sans délai les autorités judiciaires, la conseillère régionale d’opposition Corinne Morel-Darleux (Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire), membre de la commission « Montagne » que préside Gilles Chabert, a alerté, mercredi 15 février, le procureur de la République à la suite de révélations du site Acteurs de l’économie.