Des écoutes oubliées ébranlent la défense de Tapie

Par

Dans une affaire d’extorsion de fonds, Jean-Pierre Bernès, ancien dirigeant de l’Olympique de Marseille, a été mis sur écoute en 2014. Dans des conversations enregistrées, il dit que l’arrêt de la cour d’appel d’Aix-en-Provence du 4 juin 1998, au terme duquel Bernard Tapie échappe miraculeusement à la prison, « a été acheté ». C’est le président de ce tribunal que l’arbitre Pierre Estoup aurait, à l’époque, approché. Il dit que la procédure civile a aussi été corrompue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont des écoutes téléphoniques qui n’ont pas été versées dans le dossier d’instruction du célèbre arbitrage frauduleux mais dont Mediapart a obtenu la transcription. Elles risquent d’ébranler la défense de Bernard Tapie, ainsi que celle de l’ex-arbitre Pierre Estoup.