Où est donc passé le front antifasciste?

Par Laurence De Cock et Mathilde Larrère

Au lendemain de la qualification du FN pour le second tour de la présidentielle, les rues sont restées désespérément vides. Retour sur près d’un siècle d’histoire, pour saisir les causes du laborieux consensus contre l’extrême droite.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Où est passé le front antifasciste ? par les détricoteuses © Mediapart

Au lendemain de la qualification du Front national pour le second tour de l'élection présidentielle, les rues françaises sont restées désespérément vides – ou presque. La comparaison avec avril et mai 2002 est en tout cas édifiante. Les historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère reviennent sur près d’un siècle d’histoire de l’antifascisme, afin de saisir les causes du laborieux consensus contre l’extrême droite. La lepénisation des esprits n’est-elle pas en train de marginaliser, voire disqualifier, l'indispensable combat antifasciste ?

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale