Un 1er Mai de mobilisation et d'interrogations

Que faire ? Quelle stratégie privilégier six jours plus tard ? Partout en France, les manifestations ont rassemblé dans le désordre militants syndicaux et simples citoyens. Tous les regards sont fixés sur le second tour, dimanche 7 mai. Mais les choix ne seront pas les mêmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un 1er Mai à l’image de la France : mobilisée, assurément, mais aussi tendue et peu sûre de son cap. Partout dans l’Hexagone, cette traditionnelle journée de défilés syndicaux résonnait d’une tonalité particulière, à six jours du second tour de l’élection présidentielle. Dans les cortèges, finalement, une seule question a transparu, dans toutes les rues de France. Que faire ? S’opposer à Marine Le Pen, certes, mais aller jusqu’à voter Emmanuel Macron ? Les deux candidats tenaient le même jour un meeting parisien, montrant les muscles avant le débat télévisé qui les opposera mercredi 3 mai au soir. Dans les rues de France, chacun évaluait également ses forces.