Matignon, Elysée, ministères... Les cabinets verrouillés du nouveau pouvoir

Par

En effectif réduit, les cabinets ministériels travaillent désormais en étroite relation avec une administration qu’Emmanuel Macron entend façonner à sa main. Parité, diversité, cursus, parcours politique et professionnel… Malgré les promesses de renouvellement, les personnages de l’ombre du gouvernement ressemblent à tous ceux qui les ont précédés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les consignes d’Emmanuel Macron ont été gravées dans le marbre du Journal officiel quelques jours seulement après son élection : « Le cabinet d’un ministre ne peut comprendre plus de dix membres. Le cabinet d’un ministre délégué ne peut comprendre plus de huit membres. Et le cabinet d’un secrétaire d’État ne peut comprendre plus de cinq membres. » Un décret pour marquer les choses d’emblée. Et éviter qu’un membre du gouvernement, moins zélé que les autres, ne trahisse les promesses du président de la République, comme cela avait été le cas sous le quinquennat Hollande, durant lequel le plafonnement à 15 membres par cabinet n’avait jamais été respecté.