Délai d’expulsion accordé à Montreuil pour des femmes exilées : « Une victoire pour se battre pour un droit au logement »

Le tribunal de proximité de Montreuil  a accordé un délai de deux mois et quinze jours avant leur expulsion aux cent vingt personnes exilées – pour la plupart des femmes, dont certaines enceintes – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À Montreuil (Seine-Saint-Denis), les cent vingt personnes exilées - dont beaucoup d’enfants et de femmes enceintes - ayant trouvé refuge dans des bureaux depuis juin et depuis menacées d’expulsion imminente, vont bénéficier de la part de la justice d’un délai de deux mois avant l’expulsion, auquel la juge a ajouté 15 jours supplémentaires. Les quarante personnes défendues lors d’une audience le 9 août par l’avocate Hanna Rajbenbach sont tout de même condamnées à payer à la propriétaire des lieux mille euros par mois d’occupation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal