Des femmes et des enfants exilés condamnés à rester dans la rue à Bagnolet

Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, survivaient dans la rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Saisi par un avocat et une association, le tribunal administratif de Montreuil a rejeté leur requête ce mardi 16 août.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Elles se disent « extrêmement déçues », selon Yasmine Boussalem, présidente de l’association MyMaraude, qui les accompagne depuis une dizaine de jours dans leur mobilisation. Ce mardi 16 août, le tribunal administratif de Montreuil a rejeté la requête d’une vingtaine de femmes et autant d’enfants, contraintes de vivre dans la rue à Bagnolet depuis que les autorités leur ont demandé de quitter le gymnase Jean-Reneault, avenue de la République.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal