3% de déficit, petite histoire d’une équation arbitraire

Par

Le gouvernement a enfin admis l'impossibilité de tenir en 2013 l’objectif de 3 % de déficit inscrit dans les traités européens. D’où vient donc ce chiffre ? D’un calcul arbitraire né sous François Mitterrand !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Marc Ayrault l'a officialisé mercredi soir sur France 3 : la France ne tiendra « pas exactement » en 2013 l'objectif d'un déficit public réduit à 3 %, pourtant martelé depuis des mois par l'exécutif. En cause, une croissance quasi nulle en 2012 sur l'ensemble de l'année, selon les dernières données de l'Insee. Le risque d'une nouvelle récession au cours des trimestres à venir n'est d'ailleurs pas écarté.