3% de déficit, petite histoire d’une équation arbitraire

Le gouvernement a enfin admis l'impossibilité de tenir en 2013 l’objectif de 3 % de déficit inscrit dans les traités européens. D’où vient donc ce chiffre ? D’un calcul arbitraire né sous François Mitterrand !

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Jean-Marc Ayrault l'a officialisé mercredi soir sur France 3 : la France ne tiendra « pas exactement » en 2013 l'objectif d'un déficit public réduit à 3 %, pourtant martelé depuis des mois par l'exécutif. En cause, une croissance quasi nulle en 2012 sur l'ensemble de l'année, selon les dernières données de l'Insee. Le risque d'une nouvelle récession au cours des trimestres à venir n'est d'ailleurs pas écarté.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal