Gardes à vue en manif : le parquet s’en remet à la version policière 

Par

Sur la seule foi d’un courrier de Didier Lallement, et sans mener d’enquête, le parquet de Paris a classé sans suite la plainte déposée par 26 manifestants contre la loi Sécurité globale arrêtés le 12 décembre 2020. Ils dénonçaient le caractère « arbitraire » de leurs gardes à vue. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 12 décembre 2020, à Paris, une manifestation déclarée contre la loi Sécurité globale tourne à la démonstration de force policière. En cette troisième journée de mobilisation, 3 000 policiers et gendarmes encadrent 5 000 participants, soumis à des fouilles préalables et confrontés à de nombreuses charges dans le cortège, comme l’a montré Mediapart dans une enquête vidéo