L’affaire Bastien Vivès fait éclater la bulle du milieu de la bande dessinée

L’exposition « Dans les yeux de Bastien Vivès » vient d’être annulée par le festival d’Angoulême, après une levée de boucliers contre certains de ses propos et ouvrages mettant en scène pédopornographie et inceste. Dans un milieu encore pétri de sexisme et de non-dits, plusieurs personnalités de la bande dessinée souhaitent aujourd’hui pousser le débat. Elles réclament une réflexion de fond sur les imaginaires véhiculés par le 9e art français.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De nombreux questionnements, presque autant d’incertitudes, quelques « nuits fiévreuses » et d’interminables discussions. L’annulation de l’exposition « Dans les yeux de Bastien Vivès » au prochain festival d’Angoulême, prévu fin janvier, n’a pas tari les débats qui ont émergé, depuis dix jours, dans le monde de la bande dessinée. « Quelque chose d’historique est en train de se passer », estime l’autrice Anne Simon.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal