Duel au sommet: prince d'Orléans contre ancien patron des RG!

Par
Dans cette affaire de déstabilisation industrielle, les deux protagonistes ne jouaient pas dans la même catégorie. A droite, le prince Charles-Philippe d'Orléans. A gauche, le préfet Jacques Fournet, ancien patron des RG et de la DST. Mediapart vous révèle que le parquet a requis, le 14 avril, le renvoi du Duc d'Anjou en correctionnelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que diable le prince Charles-Philippe d'Orléans est-il allé faire dans cette histoire de Pieds Nickelés ? Le renvoi du Duc d'Anjou devant le tribunal correctionnel vient d'être requis par le parquet de Clermont-Ferrand pour «dénonciation calomnieuse», «faux et usage», «usurpation d'identité». En avant-première, Mediapart donne le contenu de ce réquisitoire daté du 14 avril. Un regard sur les dessous inavouables de la compétition économique appliquée au milieu des laboratoires pharmaceutiques.
Sur son site personnel (qui vaut le détour, par l'onglet Prolonger), Charles-Philippe d'Orléans est présenté comme « un prince du XXIe siècle, moderne, dynamique et entreprenant». De fait, en 2004, il a créé un cabinet d'intelligence économique, baptisé Institutions et entreprises. Mais la justice de la République soupçonne cette société d'avoir participé à une basse tentative de déstabilisation des Laboratoires Théa.