Fessenheim : contestation sans frontières

Par
Depuis la catastrophe de Fukushima, la centrale de Fessenheim, doyenne du parc nucléaire français, suscite toutes les craintes. Alors que l'Autorité de sûreté nucléaire commence une nouvelle visite du réacteur n°2, anti-nucléaires et politiques se mobilisent pour exiger la fermeture du site.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un entretien accordé lundi 18 avril au Figaro, Henri Proglio, le président d'EDF, s'est voulu rassurant sur l'état des centrales nucléaires françaises : «Nos centrales sont en excellent état. (...) Fessenheim est la centrale la plus ancienne mais comme les autres, elle a été modernisée en permanence. La troisième visite décennale du réacteur 2 commence en ce moment, ce qui lui permettra de disposer des dernières améliorations requises.» Malgré ces déclarations optimistes, la doyenne du parc nucléaire français, située dans le département du Haut-Rhin, cristallise l'attention des anti-nucléaires, et encore plus depuis la catastrophe de Fukushima.