Mort d’Angelo Garand: la contre-enquête du sociologue Didier Fassin

Par

Trois ans après la mort d’Angelo Garand tué par le GIGN, et alors qu’un non-lieu a été rendu dans cette affaire, Didier Fassin rouvre le dossier. Pointant des témoignages occultés et des éléments décisifs de l’enquête jamais pris en compte, il veut faire la démonstration qu’une bavure a bien eu lieu ce jour-là contre un homme de la communauté des gens du voyage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Angelo Garand a été tué, le 30 mars 2017, par des militaires du GIGN, dans une remise de la ferme de ses parents où il s’était caché. L’homme, qui était en cavale depuis six mois, a reçu cinq balles dans le thorax.