Mine d’or autorisée par Montebourg : les preuves de la falsification des études

Par

Mediapart a eu accès aux études d’impact de la société minière Rexma lors de l’instruction de sa demande de permis sur le parc amazonien de Guyane : toutes les mises en garde des scientifiques ont été caviardées ou réécrites. Alors qu’une enquête préliminaire pour « faux et usage de faux » a été ouverte, Arnaud Montebourg a gelé le permis fin août.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une falsification massive que les services de l’État ont trouvée dans le dossier d’autorisation de la mine d’or de la crique Limonade, à Saül, en Guyane. Ce projet sensible, situé en plein parc naturel amazonien, validé successivement en 2012 par les ministres Éric Besson et Arnaud Montebourg, s’appuyait sur des études d’impact entièrement caviardées et réécrites pour être remises aux services de l’État, fin 2008.