Corruption libyenne: l’homme qui fait trembler la Société générale

Par

Un ancien employé de la Société générale, qui avait témoigné auprès de la justice d’un vaste système de corruption mis en place par la banque en Libye, poursuit le groupe français. Il conteste son licenciement en 2017 pour « faute grave ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le conseil des prud’hommes de Paris sera, vendredi 20 septembre, le théâtre d’une bataille juridique qui dépassera largement le seul cadre du droit social. Un ancien employé de la Société générale y poursuivra le géant bancaire français en contestation de son licenciement pour « faute grave ». Mais derrière ce dossier a priori ordinaire entre un salarié et son ancienne entreprise se cache l’une des plus importantes affaires de corruption bancaire, qui a donné lieu ces deux dernières années à des condamnations historiques de la Société générale devant des tribunaux de New York, Londres et Paris.