A La Défense, on lutte contre l'angoisse

Par et

Fréquentation en baisse des transports en commun, bouchons records en Île-de-France, et nouvelles menaces : le comportement des Franciliens change, imperceptiblement. Reportage à La Défense, où près de 200 000 personnes se rendent quotidiennement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Éviter les trajets qui ne sont pas indispensables, raccourcir au maximum les passages en souterrain, limiter les sorties à Paris. Pour Brigitte, 54 ans, habitante de Conflans dans les Yvelines, les attentats ont changé beaucoup de choses. Dans le RER A qui l'emmène à La Défense ce mercredi matin, cette employée de banque habituée des sorties culturelles dans la capitale explique qu'elle a cessé de fréquenter les salles de concert et théâtres parisiens. « J'avais une réservation pour un spectacle de cirque le 2 décembre, j'irai malgré tout. Mais pour la suite, terminé, j'arrête d'acheter des billets. Je sortirai, mais dans ma banlieue uniquement. » En face d'elle, il y a son collègue, Jean, vingt ans de moins qu'elle, impeccable dans son costume. Elle hésite un peu puis finit par le dire : « Maintenant, dans les transports, je regarde attentivement autour de moi, je regarde même la ceinture des gens. » « Mais c'est pas au niveau de la ceinture qu'ils les mettent !, rétorque gentiment son collègue. C'est un peu plus haut, et c'est caché... » Visage détendu et souriant, le jeune homme refuse, lui, de changer quoi que ce soit à son quotidien. Il est sorti lundi soir dans Paris boire un verre avec des amis. « Si ça doit se passer, ça se passera. C'est assez fataliste, mais bon... »