«Gilets jaunes»: les violences policières au cœur de l’acte X

Par

Pas convaincus par le « grand débat » d’ Emmanuel Macron, plus de 80 000 « gilets jaunes » ont manifesté, samedi 19 janvier, pour l’« acte X » de leur mobilisation. Au cœur des protestations : les violences policières et les mutilations que provoquent les armes type LBD (lanceurs de balle de défense).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moqué partout en France et rebaptisé « le grand dégât », le « grand débat » national engagé par Emmanuel Macron n’aura pas stoppé la mobilisation, loin de là. Samedi 19 janvier, des dizaines de milliers de « gilets jaunes » ont encore battu le pavé pour l’« acte X » du mouvement, avec des pointes à Toulouse (10 000 personnes selon la préfecture), Bordeaux (4 000) ou encore à Rouen (2 000 manifestants, d’après Paris Normandie).