Des documents prouvent la discrimination ethnique dans des HLM toulousains

Par

Nationalité, religion, ethnie… Des agents de l'office public de l'habitat (OPH) de la Ville de Toulouse ont recouru à des critères discriminants dans l’attribution de logements sociaux. Ces pratiques ont été facilitées par l’existence d’un outil interne, les PLR, toujours utilisé, qui ouvre la porte à une critérisation douteuse. Au nom de la « mixité sociale ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le langage des HLM, on appelle ça les équilibres de peuplement. Pudiquement, on parle de « mixité sociale ». À l'office public de l'habitat (OPH) de la Ville de Toulouse, ces objectifs ont cependant dérapé, selon des documents auxquels Mediapart a eu accès. « Demander de refuser les Tziganes sur ce secteur », « Famille religieusement très marquée », « Attention, Monsieur est Ivoirien », « Pas d’étrangers ». Voici le genre d’annotations qu’on trouve à côté des demandes de certains logements. Bien loin des critères officiels. Et dans un système qui s’apparente à une gigantesque discrimination organisée.