Marc Fesneau : « Cette élection nous donne plus de devoirs que de droits »

Le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement est notre invité. À cinq jours du second tour, son jugement sur la campagne d’Emmanuel Macron. Puis le regard de Raphaël Llorca, auteur de « La Marque Macron ».

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Valentine Oberti et Ellen Salvi interrogent Marc Fesneau, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement. Son jugement sur la campagne d'entre-deux-tours du président sortant, ce que serait son éventuel second mandat… En fin d’émission, retour sur cet entretien avec Raphaël Llorca, communicant et doctorant en philosophie du langage, auteur de La Marque Macron (éditions de l’Aube).

  • Voir ou revoir toutes nos émissions ici.

À la Une de Mediapart

Gauche(s) — Entretien
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Europe
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Migrations — Reportage
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Politique
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne