Dans l’armée, insultes et brimades homophobes sont toujours légion

Tous les ans, l’association SOS Homophobie met en lumière des cas de discriminations, insultes et brimades homophobe dans l’armée. France Info a enquêté sur le sujet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« “Dans l'armée, on peut être gay, mais on ne peut pas le revendiquer, le défendre”, explique-t-il, avant d'ajouter qu'il aurait parlé “plus librement” de sa vie amoureuse s'il avait été hétérosexuel. » Alexandre a choisi de cacher son orientation sexuelle et de ne pas parler de son conjoint depuis son entrée dans l’armée par crainte d’être la cible d’homophobie. Les brimades persistent. Les insultes aussi. Le ministère de la défense se défend de fermer les yeux et revendique la création de la cellule Thémis chargée de la lutte contre les discriminations et le harcèlement. Elle recueille les témoignages de victimes dans les armées pour ensuite lancer des enquêtes. À bout, certains préfèrent partir et mener une carrière dans un milieu moins hostile.