De campements en squats, l'itinéraire des «80 d'Aubervilliers»

Par

Depuis une semaine, près de 80 immigrés occupent un bâtiment qui abritait une ancienne agence de Pôle Emploi à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Après de multiples évacuations et devant l'incapacité de la mairie à proposer des solutions de relogement, ces sans-toit ont décidé de prendre les devants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Mieux vaut réquisitionner un bâtiment de l'État. » C'est le constat que fait Mamadou Diomamde après trois mois de galère, entre son évacuation du 19, passage de l'Avenir, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), son campement près de la mairie, sa « marche jusqu'au ministère » et le casse-tête administratif auquel lui et ses compagnons sans-logis sont soumis. Depuis le 11 août, environ 80 immigrés venus principalement de Côte d'Ivoire ont choisi d'occuper le 81 de l'avenue Victor-Hugo, un immeuble qui abritait auparavant les locaux de Pôle Emploi. Après les matelas « imprégnés d'eau, de déjections canines, de saletés accumulées sur les trottoirs » et les tentes improvisées des sans logements, ce nouveau bâtiment est une aubaine.