Au procès des attentats du 13-Novembre, à l’intérieur de l’horreur

Par

À partir du témoignage d’un commandant de la brigade criminelle et de la retranscription d’une sonorisation, le procès des attentats du 13-Novembre a permis de reconstituer la tuerie du Bataclan qui a fait 90 morts, 202 blessés physiques et des centaines de traumatisés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 14 novembre 2015 aux environs de 5 heures, alors qu’il s’apprête à pénétrer dans le Bataclan, le commandant Patrick Bourbotte, vieux routier de la brigade criminelle, croise deux collègues de la brigade de recherche et d’intervention (BRI). Ces policiers, qui viennent d’éliminer les deux derniers terroristes ayant endeuillé la salle de spectacle, le mettent en garde : « Bonne chance ! Vous allez vivre dans l’horreur durant des heures… »