A Argenteuil, le récit policier contredit par plusieurs plaintes

Par

Mediapart a pris connaissance de procès-verbaux qui décrivent des violences commises par des policiers d’Argenteuil (Val-d'Oise), lors d’un contrôle d’identité mouvementé puis au commissariat, le 5 janvier dernier. Sept personnes ont porté plainte à l’IGPN contre les policiers dans cette affaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l’après-midi du vendredi 5 janvier, à Argenteuil (Val-d’Oise), un contrôle de police effectué sur des jeunes a dégénéré en bagarre générale et a fait plusieurs blessés de part et d’autre. Très médiatisés, ces incidents ont été présentés par des syndicats de policiers comme une « agression sauvage » contre les forces de l’ordre, survenant après des violences du même type commises les jours précédents à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et Saint-Dié-des-Vosges (Vosges). Mais au vu des plaintes et des témoignages de plusieurs jeunes auprès de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), dont Mediapart a pu prendre connaissance, ce sont les policiers qui semblent avoir déclenché les violences, par un comportement assez éloigné de leur mission et contraire à leur déontologie.