«J'ai voulu prouver que cette "dédiabolisation" du FN était fausse»

Par et

Claire Checcaglini s'explique sur son infiltration au Front national dans les Hauts-de-Seine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce mardi 21 février, Claire Checcaglini a appelé les militants frontistes de sa section. Elle leur a dit qu’elle n’était pas Gabrielle Picard, militante depuis huit mois au Front national, venue «pour Marine», devenue responsable de section et potentielle candidate aux législatives, mais Claire Checcaglini, journaliste indépendante. Ce sont ces huit mois qu'elle raconte dans Bienvenue au Front – Journal d'une infiltrée, publié le 27 février aux éditions Jacob-Duvernet (lire notre «Boîte noire» et nos bonnes feuilles).