« Ça n’a pas été réglé. » La mention vise le père Didier B., condamné pour agressions sexuelles sur une vingtaine de mineurs. Elle est écrite de la main même de Philippe Barbarin, dans les « diaires » du cardinal, le journal de bord du diocèse de Lyon, que nous avons pu consulter pour l’ouvrage Église, la mécanique du silence (JC Lattès, 2017). La lecture de ces pages et un an d’enquête permettent aujourd’hui d’affirmer que le primat des Gaules s’est montré a minima négligent sur huit dossiers de prêtres accusés d’agressions sexuelles.