Usul. Violences policières: quand l’Etat ne tient plus ses flics

Par Usul et Rémi Liechti

Le week-end dernier a été animé par des mouvements de révolte dans les quartiers populaires, suivis par de grands déploiements de forces de l’ordre en pleine période de confinement.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Usul. Violences policières: quand l'État ne tient plus ses flics © Mediapart

Le week-end dernier a été animé par des mouvements de révolte dans les quartiers populaires, suivis par de grands déploiements de forces de l’ordre en pleine période de confinement.

« OLG » revient cette semaine sur les tensions entre la police et les quartiers mais aussi entre l’État et sa police.

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous