Les raisons de l’impunité à l’université

Par

L’enseignement supérieur et la recherche ont longtemps été considérés comme des lieux où les violences sexistes et sexuelles étaient monnaie courante, et rarement punies. En cause : la relation prof/étudiant et les failles des procédures disciplinaires. La mobilisation de différents acteurs fait progressivement bouger les lignes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un frémissement. Dans de nombreuses universités, des étudiantes et des étudiants se sont organisés, des enseignants ont pris le relais, des présidences ont lancé des formations de leur personnel, et tenté d’améliorer la prise en charge des violences sexuelles et sexistes, jusque-là inexistante.