Marine Le Pen veut faire d'Hénin-Beaumont le Vitrolles du Pas-de-Calais

Par

La liste du Front national est arrivée largement en tête (39,3% des voix) lors du premier tour des élections municipales, le 28 juin, à Hénin-Beaumont. Dans la foulée de sa victoire aux européennes, Marine Le Pen, désormais grande favorite pour emporter cette mairie de gauche, espère bien réitérer l'exploit de l'extrême droite à Vitrolles en faisant de cette ville ouvrière du Pas-de-Calais son nouveau fief. En tandem avec le champion local, Steeve Briois, elle compte profiter du discrédit de la gauche, dispersée dans cinq listes. Retour sur sa campagne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux fois par semaine, le Front national connaît son quart d’heure de gloire sur le marché d'Hénin-Beaumont, petite ville de l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Dans les allées, entourée de journalistes, Marine Le Pen avance triomphalement, Steeve Briois, le champion local et tête de liste aux municipales partielles du 28 juin, lui emboîte le pas avec une petite troupe de militants. La fille du président du FN claque des bises, lance des «ça va et vous?», donne des «Alors on a fait la fête ?» aux vieilles dames, pendant que «l’enfant du pays» serre les mains et prend des nouvelles des familles: «Ça va ta mère ? Et ta fille ?»