Menacé de prison, Patrick Balkany livre quelques «regrets» crépusculaires

Par

Le second procès de Patrick Balkany et des cinq autres prévenus s’est achevé mercredi 19 juin, après trois jours de plaidoiries de la défense. Le jugement, lourd de sens, est mis en délibéré au 18 octobre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Limiter les dégâts, reconnaître uniquement ce qui doit l’être, éviter à tout prix la prison : voici, dans les grandes lignes, en quoi a consisté la défense de Patrick Balkany pendant ces six longues semaines passées devant le tribunal correctionnel de Paris. Après le premier procès pour fraude fiscale, le plus rapide des deux, le maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a dû s’expliquer sur des accusations plus graves de blanchiment aggravé, prise illégale d’intérêts et corruption passive (sans oublier une fausse déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique).