Nouvelle vidéo: Benalla a fait interpeller sa victime

Par et

Une nouvelle vidéo que révèle Mediapart montre le conseiller élyséen donnant un violent coup de pied à la victime de la place de la Contrescarpe, le 1er mai, avant de le faire interpeller. 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Place de la Contrescarpe, le conseiller d’Emmanuel Macron n’a pas seulement frappé un manifestant, il a aussi provoqué son interpellation après les faits. Depuis les révélations du Monde sur les violences commises par le conseiller d’Emmanuel Macron au cours de la manifestation parisienne du 1er mai, la défense de l’Élysée est restée invariable : M. Benalla n’était qu'un simple observateur du dispositif policier, « en congé », qui aurait outrepassé ses autorisations.

Une nouvelle vidéo que révèle Mediapart anéantit cette défense. Le 1er mai, à Paris, Alexandre Benalla n’était pas un simple observateur mais s’est retrouvé en relation constante avec les forces de l’ordre, conduisant les CRS jusqu’à l’homme qu’il avait frappé pour le faire interpeller.

Une nouvelle vidéo montre que Benalla était intégré au dispositif policier. © Mediapart

Ces nouvelles images ont été captées par Renaud Delacroix. Il s’agit d’un délégué syndical Sud Santé Sociaux qui travaille au sein de l’association Aides. Il est par ailleurs militant de La France insoumise. Après la manifestation parisienne du 1er mai, Renaud Delacroix et quelques amis en ont rejoint d’autres place de la Contrescarpe. Ils sont arrivés sur les lieux une demi-heure avant la scène filmée.

« Nous étions d’abord sur la place elle-même, puis nous avons décidé de boire un verre au bar Le Contrescarpe. L’ambiance était vraiment détendue au départ. Il y avait certes quelques CRS dans les rues adjacentes mais les gens pouvaient passer. » L’ambiance se tend quand un groupe de manifestants de la journée arrive en même temps. 

« Une vingtaine de CRS ont immédiatement bougé sur la place. Ils arrivent et gazent les gens présents, y compris sur les terrasses. Les serveurs nous font alors rentrer dans le bar. » C’est quelques minutes plus tard que Renaud Delacroix commence à filmer « une scène de violence policière hélas habituelle depuis trois ans ». 

Le jeune homme se voit infliger un coup de pied dans le ventre par Alexandre Benalla. © DR Le jeune homme se voit infliger un coup de pied dans le ventre par Alexandre Benalla. © DR
Depuis l’intérieur du bar, il observe alors avec stupéfaction l’interpellation de deux jeunes manifestants. La première partie de la scène est déjà connue : on y voit Alexandre Benalla, casqué et visiblement désinhibé, frapper sans raison apparente un homme d’une vingtaine d’années. Élément nouveau : la vidéo montre ici que le conseiller élyséen lui assène un violent coup de pied dans le ventre (00 min 30 s de la vidéo).

Le jeune homme se relève péniblement puis rejoint sa compagne, elle-même précédemment prise à partie par Alexandre Benalla. Le couple, qui semble sous le choc, se serre fort, dans les bras l’un de l’autre, avant que Benalla ne revienne lui-même avec deux CRS qu’il est allé chercher. Benalla est accompagné de Vincent Crase, un autre collaborateur de l’Élysée mis en cause (chauve et lunettes de soleil sur le front sur la vidéo), et une troisième personne (lunettes, cheveux châtains), depuis présentée par la préfecture de police de Paris comme un « policier » et qui a été identifiée comme étant Philippe Mizerski, membre de l’état-major de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC). (Lire nos enquêtes ici ou ).

Alexandre Benalla conduit, avec des policiers, les deux jeunes vers un autre endroit de la place. © DR Alexandre Benalla conduit, avec des policiers, les deux jeunes vers un autre endroit de la place. © DR

En compagnie des deux CRS, Benalla écarte alors le couple des autres manifestants vers un autre angle de la place de la Contrescarpe (2 min 08 s). Après de longs échanges, le jeune homme est mis au sol par les CRS. Benalla est toujours sur place, avec Vincent Crase et le troisième « policier » (3 min 58 s). « On prenait ces gens-là pour des baqueux [des policiers de la BAC – ndlr], explique Renaud Delacroix, qui a filmé la scène. Ils en avaient le comportement, de fait assez classique en fin de manifestation. »

À terre, le manifestant est menotté par les CRS, tandis que sa compagne a déjà été emmenée ailleurs. La vidéo se termine à ce moment. Renaud Delacroix, qui est resté encore une vingtaine de minutes dans le bar, a bien vu les policiers emmener le jeune homme un peu plus loin mais n’a pas vu s’il était relâché ou arrêté. A-t-il été procédé à un contrôle d’identité ? Le jeune homme a-t-il été conduit vers un commissariat ? A-t-il été poursuivi ? A-t-il dénoncé les violences qu’il a subies ? On ne le sait pas. Une chose est sûre : la préfecture de police de Paris a très probablement l’identité de la victime du conseiller d’Emmanuel Macron.

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Avec son accord, nous avons décidé de fournir l’identité de la personne ayant filmé la scène et de publier la vidéo sans interruption.

Nous avons actualisé notre article après sa publication pour ajouter le nom de Philippe Mizerski, identifié comme étant le troisième homme accompagnant Vincent Crase et Alexandre Benalla.