Portrait d’un conseiller de l’ombre, François de Grossouvre, mort à l’Elysée

Par

Dans son édition de samedi 20 juillet, Libération revient en longueur sur le décès de François de Grossouvre, l’ombre du président François Mitterrand pendant des décennies, mort en 1994 d'une balle dans la tête. Au sein même de l’Élysée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En cette année 1994, le statut de François Durand de Grossouvre à l’Élysée est singulier : à 76 ans, les privilèges qu’il conserve – à commencer par son bureau au palais – attestent l’importance des services rendus à François Mitterrand. Un fidèle, donc. Mais l’aristocrate a depuis longtemps disparu de l’organigramme officiel. Et l’on a veillé à le tenir éloigné des affaires de l’État. Marginalisé au sein même de l’Élysée. Puis Grossouvre est retrouvé mort dans son bureau, un Magnum dans la main droite.