Jeanne Barseghian : « L’accueil inconditionnel des Afghans est possible »

Par

Entretien avec la maire écologiste de Strasbourg, qui s’est déclarée prête avec d’autres édiles de gauche à accueillir les Afghans cherchant à échapper aux talibans. Elle pointe un durcissement global de l’État en la matière, et se désole de l’hypothèse d’un « tri » parmi les personnes en détresse.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Europe, le discours d’Emmanuel Macron sur l’accueil des exilés afghans a été l’un des plus durs, avec notamment son souci de se « protéger contre des flux migratoires irréguliers importants ». L’action concrète de la France est à cette image, entre les conditions d’accueil déplorables des Afghans déjà sur place (lire l’article de Rémi Yang et Sébastien Calvet), et le rapatriement chaotique des ex-auxiliaires afghans de l’armée française (lire le parti pris de Justine Brabant)