A Toulouse, première esquisse unitaire d'une riposte à Macron

Par

En meeting « contre les ordonnances et les politiques de Macron » jeudi soir, des représentants de sept formations politiques de gauche, de l'intersyndicale et du DAL, ont tenté l’union.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse, correspondance.-  « Hum, ça sent la recomposition politique, ici… » Il n'est pas encore 20 heures à Toulouse ce jeudi soir et le militant qui vient d'entrer dans la salle Barcelone veut y croire. Le tract diffusé depuis quelques jours propose de « travailler à mettre en place un cadre unitaire le plus large possible pour mettre en échec les politiques du gouvernement et prendre des initiatives dans ce sens ». De fait, les intervenants qui se succèdent à la tribune sacrifient plus ou moins au même triptyque : 1) dénonciation des ordonnances de la loi travail ; 2) appel au renforcement du mouvement social ; 3) appel à la construction d'une perspective politique et syndicale unitaire. Tout cela devant un public concerné mais qui, à l'image de la manif ayant rassemblé en fin de matinée entre 1 200 (selon la police) et 6 000 personnes (selon la CGT), n'a rien de la foule des grands soirs : ils sont environ 200 et, malgré la satisfaction de cet affichage d'unité politique et syndicale, un sentiment de fatigue plane sur la salle.