Entre «union sacrée» et surenchère, la droite cherche un espace

Par

Passés les louvoiements, la droite affiche un « soutien sans réserve » au gouvernement. Mais cette unanimité a eu du mal à s’enclencher. Face à une gauche qui reprend ses propositions et un FN dans la surenchère, l’opposition cherche encore son équilibre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ont voulu monter trop vite. Parler trop fort. S’opposer trop tôt. Pendant plusieurs jours, les élus LR (ex-UMP) ont, une nouvelle fois, sombré dans le grand n’importe quoi. Exactement comme au mois de janvier, après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher. Mais plus rapidement encore. Encouragée par Nicolas Sarkozy qui s’en est pris, dès dimanche 15 novembre, dans la cour de l’Élysée, à la politique extérieure et intérieure de François Hollande, l’opposition s’est tristement illustrée dans les jours qui ont suivi les attaques de Paris et de Saint-Denis. Chacun y est allé de son commentaire, de sa critique, de son passage télé, de sa proposition. Pour émerger du lot. Et surtout pour éviter que le gouvernement n’annexe définitivement le terrain sécuritaire de la droite.