La folle histoire du transfert d’Imbula de l'OM à Porto

Vente de complaisance, tentative d’achat de parts du joueur malgré l’interdiction, commission à un agent banni : le transfert en 2015 du Français Giannelli Imbula de l’Olympique de Marseille à Porto est un nid d’embrouilles concocté par Doyen, alors en pleine lune de miel avec le club phocéen.

Michel Henry, Michaël Hajdenberg et Yann Philippin

20 décembre 2016 à 07h29

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il y a des joueurs dont on dirait qu'ils attirent les espoirs de gains. Le Franco-Belge Giannelli Imbula, 24 ans, est de ceux-là. Entre l’été 2015 et février 2016, le milieu défensif français s’est retrouvé au cœur d’un imbroglio orchestré par l’Olympique de Marseille et le fonds d’investissement Doyen Sports. Imbula a d’abord été vendu, sans doute pour faire plaisir à l’OM, à un club (le FC Porto) qui ne pouvait pas se l’offrir, avec au passage un projet illégal d’achat de la moitié de ses droits par le patron de Doyen. Puis le joueur s’est retrouvé transbahuté en Angleterre par un agent banni qui s’est enrichi au passage. Une histoire emblématique de la folie du foot business, que Mediapart a pu reconstituer grâce aux documents Football Leaks

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Afrique(s) — Enquête
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
France — Enquête
Dans l’ombre de la ministre Pannier-Runacher, son encombrant compagnon
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Libertés publiques — Enquête
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Terrorisme — Enquête
Attentats de Bruxelles : et la cellule terroriste du 13-Novembre frappa une deuxième fois
Mediapart retrace l’histoire de la première cellule djihadiste à avoir réussi à commettre plusieurs attaques en Europe. Des attentats du 13-Novembre à ceux du 22-Mars ou comment les assassins ont échappé aux polices françaises et belges à leurs trousses. 
par Matthieu Suc