Travailleurs sans papiers: la justice reconnaît une «discrimination raciale systémique»

Par

Pour la première fois dans une décision de justice, les prud’hommes de Paris ont utilisé cette notion forte pour décrire le « système organisé de domination raciste » qu’ont subi vingt-cinq Maliens travaillant sur un chantier de construction à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 17 décembre a vu l’irruption fracassante d’une nouvelle notion dans une décision de justice française : celle de discrimination systémique. Le conseil des prud’hommes de Paris a donné raison de manière éclatante à vingt-cinq travailleurs du bâtiment, tous Maliens, tous sans-papiers et non déclarés par leur employeur à l’époque des faits, en 2016.