À chaque période qui suit des attentats, les réflexes et la surenchère sécuritaires menacent les libertés individuelles et les libertés publiques. C’est ce que constatent les avocats commis d’office qui défendent, ces jours-ci, des personnes jugées pour « apologie du terrorisme ».