Sortir de l'élection-régression par la gauche de la gauche

Par

La gauche n'a pas uniquement le choix entre trois hommes aux patronymes nantis d'un suffixe en « on » : Hamon, Macron et Mélenchon. Petite revue des solutions de rechange, hors du triangle des Bermudes électoral de cette présidentielle…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour paraphraser le George Orwell de La Ferme des animaux : « Tous les suffrages sont utiles mais certains sont plus utiles que d'autres. » L’électeur de gauche – celui qui ne votera ni Dupont-Aignan, ni Fillon, ni Le Pen – hésite : un lobe de son cerveau lui commande une utilité absolue donc invariable, tandis que son autre hémisphère lui serine l’utilité stratégique donc élastique. Que faire ? Un retour à la grammaire électorale du scrutin uninominal majoritaire à deux tours s’impose : au premier tour on choisit, au second on élimine.