Un monde moins violent, vraiment?

Par

Et si la violence n'avait pas disparu de nos sociétés, mais seulement changé de visage ? C'est ce que soutient l'historien François Cusset dans son dernier ouvrage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La société n’est pas moins violente qu’avant, elle l’est différemment. C’est la thèse de l’historien François Cusset. Dans son dernier ouvrage, Le Déchaînement du monde (La Découverte) il s’oppose aux théories du psychologue américain Steven Pinker, selon lesquelles la violence reflue inexorablement dans nos sociétés contemporaines. Pour François Cusset, si la violence physique est en effet beaucoup moins répandue qu’au XXe siècle, une autre violence, psychique cette fois, traverse de manière croissante notre civilisation.