Maltraitances dans un institut pour enfants sourds: la ministre veut «redresser la barre»

Par

Après les révélations de Mediapart sur l’Institut Gustave-Baguer, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées s’est saisie du dossier. Lundi, devant des familles, elle a déclaré que « rien ne restera impuni ». « Ce que vous dites est bouleversant », a aussi reconnu le directeur de l’agence régionale de santé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Rien ne restera impuni, il faut que cela cesse. » Deux semaines après les révélations de Mediapart sur des maltraitances au sein de l’Institut Gustave-Baguer à Asnières (Hauts-de-Seine), dédié aux enfants malentendants ou souffrant de troubles du langage, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a reconnu « une chaîne de dysfonctionnements » à l’occasion d’une réunion avec une dizaine de parents d’élèves, organisée en visioconférence lundi 20 avril, d’après des informations recueillies par Mediapart.