Violences sexistes Enquête

#MeToo: le patron d’une maison d’édition mis en cause

Mediapart a recueilli de nombreux documents et les témoignages d’une vingtaine de femmes ayant un jour croisé la route de Stéphane Marsan, patron des éditions Bragelonne, spécialisées dans les littératures de l’imaginaire. Autrices, éditrices, étudiantes, traductrices ou stagiaires… Toutes font part de remarques et de gestes inappropriés, à connotation sexuelle, dans un cadre professionnel.

Ellen Salvi

21 avril 2021 à 19h03

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Stéphane Marsan est bien connu dans le petit monde des littératures de l’imaginaire. Président et cofondateur, au tout début des années 2000, des éditions Bragelonne, devenues l’une des plus importantes maisons du secteur, il est présenté dans la presse comme « l’une des personnes qui a marqué le plus l’édition de la fantasy et de la science-fiction depuis une vingtaine d’années ». Mais derrière la vitrine Bragelonne et la renommée professionnelle de son patron, se cache une autre réalité.

Une réalité que l’autrice Audrey Alwett, publiée dans une autre maison d’édition, résume en ces termes à Mediapart : « J’ai toujours eu des réticences à tenter ma chance chez Bragelonne, bien que ce soit la seule maison de l’imaginaire qui puisse vous faire monter, parce qu’on m’a prévenue très tôt des problèmes qu’il y avait avec les femmes. On en parle souvent entre collègues et on essaye autant que possible de mettre en garde les jeunes autrices. »

Pendant plusieurs mois, Mediapart a recueilli de nombreux documents et les témoignages d’une vingtaine d’autrices, éditrices, attachées de presse, salariées, étudiantes, traductrices ou stagiaires ayant un jour croisé la route de Stéphane Marsan (lire notre Boîte noire). Ils révèlent des remarques et des gestes inappropriés, à connotation sexuelle, dans un cadre professionnel, ou un environnement de travail que certain·e·s retrouvaient déjà derrière le hashtag #brevedebrage, compilant sur les réseaux sociaux des choses entendues au sein de la maison d’édition. Son patron en avait publié plusieurs sur son propre compte Twitter, @stephanemarsan, supprimé entre le dimanche 18 et le lundi 19 avril, après l’envoi de notre demande d’entretien.

Contacté à plusieurs reprises par courriel, par message et par téléphone, l’éditeur n’a pas donné suite (lire notre Boîte noire).

Captures d’écran du compte Twitter de Stéphane Marsan, aujourd’hui supprimé. © Twitter/@stephanemarsan

Toutes nos interlocutrices nous ont décrit la façon dont elles se sont senties prises au piège d’un système mélangeant intérêts professionnels et sentiment d’emprise personnelle, qui aurait perduré durant des années, sans que personne ne le dénonce ouvertement. « Les femmes du milieu se le disent : Marsan se servirait de sa position professionnelle pour rechercher des faveurs sexuelles auprès de femmes, auteures ou autres, explique une autrice sous le couvert de l’anonymat. C’est avec le mouvement #MeToo que j’ai réalisé qu’il était important d’en parler. »

À ces témoignages sont venus s’ajouter ceux d’hommes gravitant eux aussi dans le milieu de la fantasy. Celui du bibliothécaire Samuel L., un fan du genre, qui a passé quelques soirées avec Stéphane Marsan au festival des Utopiales, à Nantes (Loire-Atlantique), et affirme avoir observé un comportement « déplacé » avec des femmes. Il le décrit à Mediapart comme étant « très tactile ». Celui de l’auteur Nabil Ouali, qui n’a fréquenté l’édition que quelques années et dit avoir été frappé par « l’omerta » qui y règne. « On m’a parlé de Stéphane Marsan dès mes premiers salons », à propos de son rapport supposé aux femmes, assure-t-il.

L’autrice Catherine Dufour, qui a entretenu une relation amicale pendant quelques années avec le patron de Bragelonne, n’a, elle non plus, jamais pu vérifier l’exactitude des histoires qui lui revenaient aux oreilles. En revanche, elle explique avoir commencé à « se méfier » un soir de fête, dans un bar du Xe arrondissement de Paris. « On dansait et il m’a mis la main aux fesses. J’ai remonté sa main, pensant à une erreur. Il s’est mis à me repeloter les fesses et je l’ai repoussé, pensant qu’il avait bu un coup de trop », se souvient l’autrice, qui a cessé toute relation avec Stéphane Marsan quelques années plus tard. Un épisode corroboré par une amie présente ce soir-là et interrogée par Mediapart.

Stéphane Marsan. © Facebook/Stephane Marsan

Deux anciennes salariées de la maison d’édition nous ont également rapporté ce que l’une d’entre elles qualifie de « mains baladeuses sur la taille », observées « à l’occasion de soirées ». « Des gestes exécutés en public, sans gêne apparente de sa part, témoigne Charlotte Oehler, une ex-assistante d’édition. J’avais l’impression que c’était un fait notoire et admis. Sur le coup, quand cela m’est arrivé, j’étais surprise et gênée. Je me souviens avoir essayé de me dégager, mais ça n’a pas été insistant non plus. » La jeune femme s’en est ouverte à une autrice, qui nous l’a confirmé.

Sophie*, qui a travaillé pendant un an au service de presse de Bragelonne, en contrat d’alternance, dit aussi s’être sentie « super mal à l’aise » le 16 juin 2016, pendant la soirée du « Prix des lectrices ». La jeune femme – elle est alors âgée de 24 ans – affirme que ce soir-là, exceptionnellement, elle portait une robe et était maquillée.

Selon son récit, Stéphane Marsan se serait approché d’elle et lui aurait dit, en glissant sa main « en bas de [son] dos, jusqu’au niveau des fesses », qu’elle était très belle. « J’étais interdite. J’ai essayé de l’éviter tout le reste de la soirée », ajoute-t-elle. Quelques semaines plus tard, elle en parle à sa supérieure hiérarchique, en congé pendant tout l’été. Cette dernière confirme à Mediapart avoir été informée par Sophie de ce qu’il s’était passé et avoir ainsi compris pourquoi elle avait trouvé la jeune femme si « différente » lors de la soirée. Elle explique comment son apprentie, d’ordinaire si « discrète », était venue se « coller » à elle, alors qu’elle parlait à des journalistes.

La supérieure évoque également des échanges de courriels. Comme celui du 20 juillet 2016, date à laquelle Sophie soumet à Stéphane Marsan une demande d’interview qu’il accepte, en précisant qu’il est « déjà en retard sur plusieurs itw » et qu’il sera sans doute nécessaire de le relancer. Au milieu de cet échange, il écrit aussi : « Prépare-toi à venir t’asseoir sur mon bureau pour m’y obliger » [à répondre aux questions]. Alors qu’il avait été question qu’elle signe un CDI chez Bragelonne, Sophie a finalement quitté la maison d’édition au terme de son contrat en alternance.

En 2014, Violaine*, aujourd’hui salariée d’une petite maison d’édition, a 25 ans lorsqu’elle entre en contact avec Stéphane Marsan via LinkedIn. À la recherche d’un boulot dans l’édition, elle traverse, comme beaucoup dans le milieu, « les galères du début ». « Bragelonne, c’était le rêve pour moi », dit-elle. Alors quand le patron de la maison d’édition lui écrit spontanément pour lui proposer « un verre en fin de journée », elle prépare cette rencontre comme un entretien d’embauche. Mais elle finira par se sentir mal à l’aise. Le rendez-vous se serait prolongé au restaurant par un dîner arrosé. « J’étais partagée entre le fait que je ne le sentais pas trop et l’idée que c’était peut-être la chance de ma vie », explique-t-elle.

Selon son récit, le patron de Bragelonne lui aurait proposé avec insistance un dernier verre chez lui. « J’arrive à partir et pendant quelques jours, je me sens un peu honteuse, je ne comprends pas ce que j’ai vécu », raconte Violaine. S’ensuit une proposition de pige professionnelle, comme un essai. Dans des échanges LinkedIn que Mediapart a pu consulter, Stéphane Marsan lui promet en effet de lui envoyer prochainement un texte de l’un de ses auteurs pour relecture. Il ajoute dans un message : « Je te donnerai rendez-vous en un lieu mystérieux et redoutable (genre la place Maubert) pour que tu m’en parles. »

Violaine raconte ensuite qu’elle a travaillé sur ce manuscrit, sans facture, sans contrat, et sans réponse à ses demandes de retour. Selon son récit, à ses messages d’ordre professionnel, il aurait répondu d’un ton badin. Elle affirme aussi qu’au bout de quelques semaines, Stéphane Marsan lui aurait dit de laisser tomber, sans autre explication. L’éditrice ne comprend pas ce qui se passe. Elle se dit constamment que tout est de sa faute, qu’elle est « nulle ».

« Je t’invite à mesurer les conséquences de tes errements sur le cours de ta carrière »

Ce sentiment d’avoir tutoyé les étoiles avant d’être subitement et violemment rabaissée traverse tous les témoignages que Mediapart a recueillis. L’autrice Samantha Bailly, ancienne présidente de la Ligue des auteurs professionnels, en a fait l’expérience de 2012 à 2017, en publiant ses premiers romans chez Bragelonne. « Au départ, cela avait tout du conte de fées. Stéphane Marsan ne tarissait jamais d’éloges sur mes livres, ni à mon sujet d’ailleurs, raconte-t-elle. Quand il parlait de ses collaboratrices, que ce soit des autrices ou des salariées, il y avait toujours la petite remarque sur le physique qui allait avec... Cela me mettait mal à l’aise. »

Mais à l’époque, l’autrice se dit que ces remarques « vont avec le personnage ». Certes, certaines personnes lui conseillent de « faire attention », mais rien de plus. Puis, poursuit-elle, « les salariées, de jeunes femmes de mon âge, se sont ouvertes à moi sur ses comportements déplacés ». Deux d’entre elles ont témoigné dans cette enquête. « Des crises de colère. Des avances voilées… ou non. Des comportements changeants. Cette ambiance étrange commençait à m’inquiéter », raconte encore Samantha Bailly. D’autant plus que Bragelonne cherche à avoir l’exclusivité sur ses parutions. Une situation délicate pour une jeune plume vivant seule à Paris, dans un 14 m2, et dépendant uniquement de ses revenus d’autrice.

Conférence de Stéphane Marsan aux Imaginales, en mai 2019. © Youtube/Capture d’écran vidéo ActusfSite

Son trouble s’accroît au fil du temps. « En 2014, au salon du livre de Genève, je l’ai entendu dire à une jeune femme : “Tu sais, les contrats d’auteur, ça se négocie dans la chambre.” À partir de ce moment, j’ai été glacée. Je me souviens être allée pleurer aux toilettes. » Samantha Bailly se souvient aussi d’un courriel, que Mediapart a pu consulter, ayant pour objet « Amour et préface ». Stéphane Marsan y écrivait notamment : « Alors que nous discutions, hier, debout près de mon bureau (très joli chemisier by the way), je te regardais et j’ai pensé que c’était quand même miraculeux de se trouver un jour, comme ça, à discuter de la couv de ton roman. »

Le « conte de fées » vire bientôt au « cauchemar », selon l’expression de Samantha Bailly. En juin 2014, l’autrice est approchée par une plus grande maison d’édition, pour une publication en poche de son texte Les Stagiaires, mais Stéphane Marsan lui répond vouloir le rééditer dans ce format chez Bragelonne, par souci de « cohérence ». Un an plus tard, il lui annonce l’annulation du projet. « J’avais décidé de maintenir cette parution pour te faire plaisir, lui écrit-il le 11 mai 2015, dans un courriel consulté par Mediapart. Mais un événement récent a changé mon point de vue. On nous a rapporté que tu tenais en public des propos désagréables sur Bragelonne et moi-même. J’accepte la critique mais pas la calomnie ni le colportage de ragots sur la vie personnelle. »

Il ajoute cette phrase, qui inquiète l’autrice : « Tu sais l’estime que j’ai pour toi et ton talent, et je t’invite à mesurer les conséquences de tes errements sur le cours de ta carrière, sur le travail des équipes dédiées à tes ouvrages, ainsi que sur l’image que tu donnes de toi dans la profession. »

Samantha Bailly laisse à son agent littéraire le soin de récupérer ses droits. Mais « face à l’échec des négociations », elle répond directement à Stéphane Marsan le 3 décembre 2015. Elle met fin à leur collaboration professionnelle. Interrogé là aussi sur ce point précis, l’éditeur n’a pas donné suite.

Des histoires de collaborations brutalement interrompues, Mediapart en a recueilli plusieurs au cours de son enquête. C’est notamment l’histoire de Julie*, qui a collaboré avec le patron de Bragelonne pendant plusieurs années. D’après son témoignage, tous deux ont été très proches, jusqu’au jour où elle a émis des réserves sur son comportement avec les femmes. « Ce qui m’avait le plus blessée à l’époque où on s’était fâchés, c’était que tout ce qu’il avait tellement aimé chez moi au niveau écriture semblait être devenu de la merde à ses yeux, dit-elle. Après cela, j’ai eu des doutes terribles sur mon talent, ma valeur en tant qu’autrice, j’ai même failli arrêter d’écrire. »

Éléonore*, qui a travaillé trois ans comme attachée de presse pour Bragelonne, a quant à elle été virée du jour au lendemain pour des raisons qu’elle juge « obscures », après avoir dit à Stéphane Marsan qu’elle trouvait qu’« il ne se comportait pas bien » vis-à-vis d’une collègue avec laquelle il entretenait une relation personnelle aussi officieuse que houleuse. Elle a poursuivi les éditions Bragelonne devant les prud’hommes en 2014, mais n’a pas obtenu les indemnités financières qu’elle demandait.

Des années plus tard, elle le décrit comme « un homme autoritaire et séducteur, ayant du pouvoir et s’en servant ». Pour étayer ses propos, elle a retrouvé des courriels. Dans l’un d’eux, son patron de l’époque lui parlait en ces termes d’une autrice qu’il souhaitait ajouter à son catalogue : « Ah Myriam* truc, j’aimerais beaucoup la rencontrer aussi pour lui faire des propositions scandaleuses, tu t’en doutes bien… en fait, nous porter candidat pour des reprises poche de ses titres grand format. »

Il y avait aussi les « soufflantes », pour reprendre une expression employée par Stéphane Marsan dans l’un de ses échanges avec Samantha Bailly. Des colères exprimées par courriel ou dans l’open space, que certains, ou plus exactement certaines, car ce sont surtout des femmes qui en étaient victimes, appelaient en interne « les Marsannades ».

Il est un autre cadre dans lequel le comportement du patron de Bragelonne a suscité a minima une gêne. Tous les ans, le festival Les Imaginales, à Épinal (Vosges), organise un speed dating pour mettre en relation des aspirant·e·s auteurs et autrices avec des éditeurs de fantasy. Le patron de Bragelonne est un habitué de l’exercice.

Stéphane Marsan (table au premier plan) lors d’un « speed dating » des Imaginales. © imaginales.fr

Mediapart a consulté un courriel envoyé, en date du 9 mai 2019, par une organisatrice du speed dating aux futures participant·e·s, dans lequel il est écrit : « Certains éditeurs sont très demandés : Bragelonne attire beaucoup, par exemple, mais sachez que Stéphane Marsan, le saint patron, est prêt à vous écouter pitcher votre roman le samedi si vous lui offrez une bière. » Stéphanie Nicot, la directrice artistique des Imaginales, dit qu’elle ignorait tout de cette pratique. En revanche, il y a quelques années, elle a été alertée sur un « comportement inapproprié » de l’éditeur : elle raconte en effet que des organisatrices du speed dating lui avaient rapporté qu’il prenait la main de jeunes autrices en train de « pitcher » leur roman.

Jugeant ce comportement « inacceptable », Stéphanie Nicot assure avoir pris des mesures en plaçant Stéphane Marsan « à la première table » des speed dating. « On l’a mis devant pour le garder à l’œil », dit-elle. Le directeur du festival, Stéphane Wieser, indique de son côté avoir été « vigilant ». « On a toléré, les unes et les autres, beaucoup trop de choses », regrette aujourd’hui Stéphanie Nicot, en évoquant le « sexisme systémique » qui règne aussi dans l’édition. « On se demande tous si on aurait dû réagir plus tôt. »

« Parler avec des jeunes auteures ravissantes fait partie de mon boulot »

Jeanne* a participé au speed dating en 2019. Son premier échange avec Stéphane Marsan aurait duré une dizaine de minutes, juste le temps de « pitcher » son premier roman encore au stade du manuscrit. Il aurait alors dit qu’elle était « jolie ». Jeanne raconte avoir accepté sa proposition de se voir à Paris pour un déjeuner, malgré un comportement qu’elle juge « un peu paternaliste ». Le rendez-vous est fixé quelques jours plus tard. Et Jeanne tombe de haut. Selon son récit, il lui aurait alors parlé de sa vie sentimentale et de ses préférences amoureuses. « Il disait aussi aimer les femmes intelligentes, avec de l’éloquence, et il a ajouté : “Comme vous.” »

Selon son témoignage, l’éditeur aurait demandé à Jeanne si elle avait un petit ami, glissé dans la conversation qu’il n’habitait pas très loin. Au cours de ce déjeuner, elle se souvient qu’il l’avait appelée « Cendrillon » lorsqu’elle lui avait expliqué devoir s’éclipser. Dans un échange de messages Facebook du 19 juin 2019, que Mediapart a pu consulter, il l’affuble du sobriquet « Souris Intelligente ». Sur un ton professionnel, elle lui indique vouloir « négocier le sobriquet ». Réponse de Stéphane Marsan : « Encore des conditions ! »

Au deuxième déjeuner, « même ton de badinage, de flirt ». « J’avais tellement l’impression de rencontrer un date Tinder [une application de rencontres – ndlr] que j’ai essayé de remettre notre différence d’âge au centre de la discussion, explique-t-elle. Il parlait de la relation éditeur-auteur, il disait que c’était une relation très intime, qu’on allait partager des trains, des hôtels… » D’après elle, cela n’empêche pas Stéphane Marsan d’adopter un ton très professionnel quand il s’agit de parler du manuscrit. Tout en mêlant les registres. Ainsi, au détour d’un commentaire argumenté et élogieux sur son livre, il lui glisse dans un courriel envoyé le 24 juillet 2019, à 23 h 40 : « “Putain, elle est forte !” m’exclamai-je dedans mon lit. »

Jeanne est alors en discussion avec d’autres maisons d’édition, plus généralistes. Mais Stéphane Marsan veut la publier. Un dernier rendez-vous est organisé au siège de Bragelonne. « On était restés tard. Il était environ 19 h 30, tout le monde était parti. Je ne me sentais pas très à l’aise, rapporte-t-elle. Il était pressant pour que je signe le contrat. Il m’a dit : “Je devrais vous obliger à signer ici et maintenant. Mais je ne le ferai pas parce que je souhaite bien me comporter avec vous.” »

En sortant de ce rendez-vous, le 14 août 2019, à 20 h 32, la jeune femme reçoit un SMS de celui qu’elle vient de quitter. Elle y lit trois phrases qui lui suffisent à tomber d’encore plus haut : « Vu miss nibs [seins – ndlr]. Haut blanc transparent sur un sous tif en dentelles. Ah ça pour négocier un contrat elle sait faire ! :) » Stéphane Marsan s’est manifestement trompé de destinataire. Il s’en excuse dans la foulée en lui envoyant plusieurs messages, dans lesquels il parle d’une « blague potache » et assure que « c’était évidemment ironique », mais il est trop tard.

Jeanne se méfie et après quelques recherches sur Internet, elle trouve sur Facebook une photo où l’on voit l’éditeur discuter avec une femme. En commentaire, il a écrit : « Parler avec des jeunes auteures ravissantes fait partie de mon boulot et j’essaie d’être consciencieux… » L’autrice a finalement publié son manuscrit ailleurs.

Capture d’écran Facebook. © Facebook

C’est aussi autour d’un speed dating des Imaginales que Betty Piccioli, secrétaire générale de la Ligue des auteurs professionnels, a rencontré Stéphane Marsan en 2015. Leur premier contact « reste très cordial ». L’éditeur retoque son projet d’écriture. Un an plus tard, au même festival, elle retente sa chance en allant l’aborder directement. Selon son témoignage, Betty Piccioli demande au patron de Bragelonne s’il se souvient d’elle, ce à quoi il aurait répondu : « Comment aurais-je pu oublier vos yeux ? »

Gênée par cette remarque et avec le soleil tapant, la jeune femme affirme avoir mis ses lunettes de soleil. « À ce moment-là, il fixe avec insistance mon décolleté », rapporte-t-elle. « La gêne pour moi était vraiment forte, poursuit l’autrice. Dans ma tête, j’ai pensé : soit je me lève en lui foutant une claque, soit je ne dis rien et je pitche mon roman. J’ai choisi la seconde option parce que face à moi, j’avais l’éditeur de fantasy le plus inaccessible de toute la profession. »

Le premier roman de Betty Piccioli est finalement publié en août 2018 chez Castelmore, la filiale jeunesse de Bragelonne, au terme de nombreuses « difficultés » – « contrat signé avec retard, changement d’éditrice… ». Un mois après la parution du livre, et malgré ses relances auprès du service comptabilité qui invoque des « problèmes de trésorerie » par courriel, l’autrice n’a toujours pas perçu la deuxième partie de son à-valoir – 1 000 euros brut. Elle décide de profiter du mouvement #PayeTonAuteur, qui dénonce les abus des maisons d’édition.

Son témoignage arrive aux oreilles de Stéphane Marsan, qui la contacte immédiatement. Sur Facebook, il lui envoie plusieurs messages privés, dans lesquels il tente longuement de justifier ce retard de paiement, en lui expliquant le fonctionnement de Bragelonne et « les aléas du marché ». Au milieu, il glisse une phrase qui inquiète Betty Piccioli : « Je connais bien la profession, et d’autres éditeurs peuvent désormais considérer que tu es une chieuse et penser que s’ils te proposent un contrat, ils se feront allumer sur insta [Instagram – ndlr] un jour ou l’autre, parce que un jour ou l’autre, tout le monde a un accident, tout le monde fait une connerie, et alors ils n’auront pas envie de prendre ce risque. »

Dès lors, Betty Piccioli s’est sentie « blacklistée par les équipes Bragelonne ». Ses doutes sur le comportement de Stéphane Marsan sont renforcés quelques mois plus tard. En janvier 2020, alors que l’affaire Gabriel Matzneff secoue l’édition française et questionne plus largement cette industrie dans son rapport aux femmes, l’autrice poste « un appel à témoignages sur Twitter » – effacé depuis –, sans citer nommément Stéphane Marsan. « Ça a été l’emballement », affirme-t-elle, en expliquant qu’à la suite de ce post, plusieurs personnes l’ont contactée, par messagerie privée, persuadées d’emblée qu’il s’agissait du patron de Bragelonne.

C’est à ce moment-là qu’une enquête de France Info paraît : nous sommes en février 2020, et il est question d’un « poids lourd de l’édition dans la littérature de l’imaginaire ». Une personnalité « dont vous connaissez TOUS l’identité », avait à l’époque commenté Betty Piccioli, sur Twitter. Une personnalité qui avait été explicitement désignée sur un blog américain deux ans plus tôt. 

Les gens du milieu reconnaissent Stéphane Marsan derrière le témoignage de cette agente littéraire évoquant des « regards appuyés au point de [la] mettre mal à l’aise » lors d’une réunion de travail, et « en partant, un bras qui s’attarde un peu trop sur le sien, presque comme une caresse ». Comme ils nous l’ont rapporté par la suite, plusieurs d’entre eux avaient déjà entendu parler de cette autrice indiquant que l’éditeur lui avait « arraché » son tee-shirt pendant une soirée professionnelle. Et qui l’accusait d’avoir entravé sa carrière, après qu’elle lui avait reproché son comportement « abject ».

Mediapart a vérifié l’existence de ces témoignages. C’est parce qu’ils ont été livrés de façon anonyme, sans que le nom de Stéphane Marsan ne soit jamais révélé, que d’autres femmes, mais aussi des hommes, ont voulu prendre la parole. Pour qu’il cesse d’« abuser de son pouvoir », selon l’expression de Betty Piccioli. « Il faut que ça se sache », estime Violaine. « Le milieu est tellement précaire que se faire blacklister par un leader économique et communicationnel comme Stéphane Marsan est la dernière chose dont on a envie », conclut Nabil Ouali. Celles qui ont franchi le pas ont d’ailleurs toutes fait part de « la peur » qui les a saisies au moment de le faire.

D’autres ont déjà contacté le compte Instagram @balancetonediteur, animé depuis le 5 avril, par des personnes ayant travaillé ou travaillant encore dans le milieu de l’édition. « Au fil de nos années d’expérience dans ce milieu, nous avons subi ou été témoins de nombreux comportements déplacés, discriminants ou humiliants », raconte le collectif, qui souhaite susciter « une prise de conscience ». En quelques semaines, il aurait déjà recueilli plusieurs témoignages visant Stéphane Marsan.

Ellen Salvi


Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Voir les annexes de cet article
127 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Reportage
par Nejma Brahim
France — teaser.category.dossier
par La rédaction de Mediapart
International — Enquête
par Justine Brabant et Sonia Rolley (RFI)
Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne