Emplois d'avenir: la méthode clientéliste dans les Bouches-du-Rhône

Le recrutement de 150 emplois d'avenir au conseil général des Bouches-du-Rhône sur trois ans pour un coût estimé à 3,6 millions d'euros attise les convoitises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le recrutement de 150 emplois d'avenir au conseil général des Bouches-du-Rhône sur trois ans pour un coût estimé à 3,6 millions d'euros attise les convoitises. Selon Marsactu, la décision a été prise par son président Jean-Noël Guérini de ventiler l'enveloppe entre les conseillers généraux et une liste d'une centaine de noms a déjà été transmise pour contrôle à Pôle emploi. «Le président nous a dit en réunion que ce serait réparti entre nous. Moi, normalement, j'en ai trois mais ça peut encore varier», a glissé au site d'information marseillais un conseiller général marseillais.