Mieux défendre les lanceurs d’alerte: le nouveau projet de Mediapart

Par

Pour avoir voulu révéler une vérité gênante et d’intérêt public, les lanceurs d’alerte perdent souvent tout ou partie de leur vie : leur emploi, leur santé, leur vie privée… Mediapart a décidé de s’associer à une fondation américaine, The Signals, et à des médias internationaux, pour mieux les protéger et mieux diffuser leurs informations. Premier thème de révélations choisi : les données personnelles, récupérées et exploitées par des États et des entreprises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’initiative est aussi originale que salutaire. Mediapart s’y est immédiatement associé, tout comme les médias internationaux Die Zeit, The Daily Telegraph, The Intercept et WikiTribune. L’idée de ce nouveau consortium international, lancé en partenariat avec la fondation The Signals, diffère de ceux créés jusqu’à présent. Cette fois, ce ne sont pas des journalistes qui sont à l’origine du projet. Mais une personnalité qui souhaite protéger « ceux qui risquent tout pour dire la vérité et construire une société plus transparente » : les lanceurs d’alerte.