Un avocat face aux lois scélérates d’hier et d’aujourd’hui

Par

Dans son livre Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes, l’avocat Raphaël Kempf retrace l’histoire des textes adoptés en 1893 et 1894 pour réprimer le mouvement anarchiste. Et propose un parallèle avec la dérive sécuritaire de ces dernières années.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 1er mai 1891 à Clichy, en banlieue parisienne, une bagarre éclate entre une vingtaine de manifestants anarchistes et les forces de l’ordre, marquant le début d’une répression féroce du mouvement. Elle débouchera sur l’adoption des lois dites scélérates de 1893 et 1894, auxquelles l’avocat Raphaël Kempf consacre un livre, Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes, retraçant l’histoire de ces textes et établissant un parallèle frappant avec les débats et les lois sécuritaires actuels.