La réforme fiscale, une nouvelle austérité?

Par

En même temps que l'annonce d'une grande réforme fiscale, Jean-Marc Ayrault a confirmé une réduction des dépenses publiques de 15 milliards d'euros par an dans les années à venir. Certains élus PS s'inquiètent déjà, alors que la TVA va également augmenter au 1er janvier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont soulagés, les députés socialistes. L'annonce, lundi, par Jean-Marc Ayrault dans Les Échos, d'une « remise à plat » de la fiscalité les sort de la profonde déprime dans laquelle ils étaient plongés depuis des mois. Déprime que la fronde fiscale tous azimuts des dernières semaines n'a fait qu'aggraver. Du coup, ils ne mégotent pas sur les superlatifs pour saluer l'initiative. « C'est un très beau rebond politique », salue Thierry Mandon, porte-parole des députés PS. « C'était absolument indispensable », salue François Marc, rapporteur du budget au Sénat. « Finement joué », se félicite Christian Eckert, son homologue de l'assemblée nationale.